Projets

Blacklight

Créé par

Publié le

7 janvier 2018

Modifié le

8 janvier 2018

AudioNiveau difficileCréation individuelle

Blacklight – l’introduction à Contrasts

 

Mon coin de rêve serait un studio professionnel pour produire de la musique. Mais, pour l’instant, je me débrouille très bien avec ce que j’ai. Blacklight est ma pièce la mieux produite à date (principalement côté mixing), et elle serait le genre de pièce que j’aurais réalisé dans mon studio de rêve.

 

Note: je n’ai pas partagé le projet sur SoundCloud encore puisqu’il n’est pas masterisé pour mon album. Voici le lien pour télécharger la pièce.
Lien 2 (en backup)

Processus de création

J’ai commencé à travailler sur Blacklight quand j’étais démotivé à tenter de refaire une vieille chanson (pour débuter mon album Contrasts – à surveiller). Je voulais faire une chanson style hip-hop et pop (donc avec une touche électronique au lieu de rock), d’une qualité similaire à ce qu’on retrouve sur l’album One More Light de Linkin Park.
Le projet a débuté avec le loop de drums. J’ai ensuite ajouté du piano: les accords principaux et la mélodie. Ensuite vint les synthétiseurs. 

En passant, la mélodie principale qui sonne comme un synthé (elle est plus présente dans l’écouteur droit), est en fait un piano à l’origine. Je l’ai simplement fait passer au travers de beaucoup d’effets (notamment un bitcrusher).

J’avais de la difficulté à enregistrer le piano et toujours être exactement sur le temps. Dans une chanson de ce genre, c’est primordial d’être super tight pour que ça sonne bien. Voici alors ce que j’ai fait: a) enregistrer les parties nécessaires en MIDI ; b) ‘quantize‘ les notes pour qu’elles soient parfaitement sur le temps (mais puisqu’à la base ça reste mon enregistrement, ça sonne réaliste vu que la vélocité est réaliste) ; c) passer les notes MIDI dans mon piano et enregistrer le son.
D’une certaine façon, mon piano agissait comme un plugin.

Mon ami Julien m’aidé dans ce projet pour les drums et pleins de conseils pour le mixing. Il a créé des sons faits pour s’emboiter dans mes drums, afin qu’ils soient plus puissants. Il m’a donné un loop complet (pour le refrain), je me suis chargé de le découper pour le restant de la pièce. 

Évidemment, j’ai sorti mon synthétiseur Roland pour faire des sons. Celui qui fait des arpèges rapides dans le 2e couplet a été créé par moi. 

J’ai beaucoup utilisé un low-pass filter à plusieurs moments, notamment sur les drums pour donner un effet qu’on entend assez fréquemment dans la musique populaire.

Commentaires

Laisser un commentaire

Tu dois être connecté pour laisser un commentaire.