Projets

OJO un nouveau regard sur l’IA

Créé par

Publié le

16 mars 2020

Modifié le

16 mars 2020

Modélisation 3DNiveau difficileCréation individuelle

Pour ceux qui seraient intéressé, la plupart des modèles du film sont disponibles sur Cults en stl (les deux personnages viennent avec leurs riggs complets en FBX):   OJO   MEKO   FOREST  CASTLE   LABO  CAR

OJO – un nouveau regard sur l’intelligence artificielle est un court métrage que j’ai réalisé sur Blender pour tout ce qui est de la modélisation, l’animation et le rigging. le montage a été exécuté sur iMovie et la bande sonore sur Garage Band. le film a une durée de 5 minutes 25 secondes, il comporte donc 7800 trames (traduction de « frames »). J’ai mis plus de 120 heures de travail dans ce projet, il me tient extrêmement à cœur et je suis aussi fier qu’un parent avec son premier enfant. OJO est à la base issu d’un texte de français que j’ai écrit en décembre 2019, au cour de mon processus et des jours, l’histoire s’est complètement réinventé et je pense même que seul l’idée principale du texte et son nom est resté. L’histoire de Ojo est principalement celle d’un robot appelé « hôte » au début du court métrage sur l’ordinateur(car il accueillera l’intelligence ensuite) qui se fait mettre en cage part un agent mystérieux qui fait partie de l’OTS. L’agent dans ce cas-ci représente en quelque sorte la société qui au premier abord, classe l’intelligence artificielle comme étant dangereuse sans même s’informer à son sujet. Ojo s’enfuira ensuite de sa cage pour aller poursuivre l’agent. Malheureusement, il perdra sa trace dès qu’il sortira du laboratoire et il continuera sa recherche plus loin. On voit plus tard notre robot qui effectue un scan dans une grotte lugubre pour tenter de trouver L’IA de son amis MEKO. après ce premier échec, il tentera cette fois une forêt luxuriante pour chercher l’essence de vie de son ami, ce qui ne fonctionnera pas non plus. Il finira pas sortir de cette forêt pour apercevoir au bout d’une falaise un château qu’il le motiva à continuer ses recherches, il partira vers le château correspondant. une fois entrer au château, on comprendra que c’est bel et bien celui de l’ots, soit, de l’organisation techno-septique. une fois à l’intérieur du château, notre ami se rendra compte qu’une certaine sécurité est établie à l’intérieur et qui’il devra faire preuve de ses talents de drone « parkour » pour passer le tout. Il finira par trouver l’intelligence artificielle de son ami et et la rapporter au laboratoire pour le ramener à la vie. OJO est pour moi le regard que je porte sur l’intelligence artificielle( d’où le nom du personnage principal « OJO » qui signifie œil en espagnol) , un regard positif rempli d’amitié et de foie. J’essaye surtout de transmettre dans ce film la confiance et la foie en les autres qui nous entoure, je pense aussi que cela s’applique extrêmement bien à nous aussi, si notre société collaborerais plus et mettais leurs énergies ensembles, c’est fou le potentiel qu’on aurait. Malheureusement, les gens se limite trop souvent au premier regard et au premiers jugements qui sont portés vers une personne, c’est aussi pourquoi j’essaye quotidiennement le plus possible d’apprendre à connaitre la personne le plus possible avant de porter la moindre idée sur elle.

 

L’intelligence artificielle sous mon regard

Pour moi, étant passionné de technologie au plus haut point, l’intelligence artificielle est une véritable révolution informatique, avec ses apprentissages et le futur proche d’atteindre une certaine singularité est pour moi complètement fascinant. Contrairement à certains avis publiques portés à cette nouvelle technologie, je suis plutôt « pour » ces nouveaux algorithmes car je pense qu’ils vont extrêmement simplifié certaines tâches de notre vie quotidienne d’aujourd’hui et qu’ils deviendront même, indispensable. Pour ce qui est de la réflexion par rapport à ce que l’IA finisse un jours par nous diriger ou nous gouverner car elle se sera rebellé, je crois que cela n’arrivera pas pour la simple et bonne raison que nous n’aurons pas créer une commande une partie de code qui pourrait finalement prévoir cette éventualité. N’oublions pas que l’intelligence artificielle n’est qu’une série de 0 et de 1 qui compose un algorithme qui n’atteigne-ra d’après moi jamais le stade de conscience comportant des émotions et des choix basés sur notre futur ou sur des donnés non-compilés. Si on s’intéresse minimement au machine learning, plusieurs vidéos sont très bien conçus pour expliquer ce procédé informatique, je vous conseil notamment une vidéo de Mark Rober mon Youtuber préféré qui explique très bien et simplement les bases du machine learning.Mark Rober and Jabril: Machine learning . En conclusion, je crois que l’intelligence artificielle est fabuleuse et que si nous sommes biens informés, elle sera notre plus grande alliée. Comme je le dis à la fin du film; On est tous derrière l’intelligence artificielle, si tu n’y fais pas confiance, tu ne nous fait pas confiance..

 

Suivez nos projets de 3D sur instagram: 3D._.RG

Processus de création

Ce projet m’a certainement pris énormément de temps a réalisé mais il est aussi ce dont j’ai été le plus fier depuis très longtemps. Il compose ma plus grande création sur Blender à ce jours et je crois bien que j’ai utilisé la plupart de l’expertise que j’ai sur logiciel pour le réaliser. Voici en quelque points les techniques que j’ai utilisé (les termes seront malheureusement en angais car ils sont courrament utilisés dans l’ecosystème et je crois que de les traduires les rendreraient moins claires):

  • Hard surface modeling
  • rigging
  • modifiers manipulation
  • procedural textures and shaders
  • HDRI
  • Shape Keys
  • Graph editor manipulation
  • UV editing
  • Weight painting
  • Math mesh manipulation
  • node tree manipulation
  • et plus encore..

Avant de commencer, je tiens à dire que tous ce qui est présent dans ce film, de A à Z, a été réalisé par moi-même(aucun stl ou autres fichiers importés, ou aucune autre source de nul part(mis à part les polices de dafont et la loop d’alarme)). Je vais couvrir tous ces points lors de mon approfondissement de ma démarche artistique ci-dessous. Premièrement j’ai commencé à modéliser tous les personnages et tous les environnements qui peuples l’univers du court métrage avec certain outils que je mentionne plus haut, principalement le hard surface modeling. J’ai dû  parfois revenir sur certain de mes personnages tel que le ojo original a été complètement recréé et repensé parce que je voulais l’animer mais sa topologie était beaucoup trop complexe comme on peut le voir sur une des photo du projet. Pour Meko, le scorpion-mecha ami de ojo, je me suis inspiré d’un dessin que j’avais fait l’été dernier comme on peut le voir dans une des photos du making of que je vous invite aussi à aller voir. pour la création le rigging de l’agent de l’ots j’ai suivi le tutoriel de CG geek(low poly charachter modeling and rigging) qui montre comment modéliser et « rigger » un personnage de faible topologie ( low poly ) qui est un peu le style autour de ce film.. les différents lieux qui peuplent l’univers de OJO sont simplement issus de mon imagination et son relativement simple à réaliser. Cependant je tenais à approfondir le processus par lequel j’ai créer la cave ou le tunnel si on veut. J’ai d’abord introduis un math mesh du add-on, extra objects pour créer un Caténoïde que j’ai ensuite apprêter avec un « displace modifier » avec la texture voronoi. Ce lieu a été le plus simple à réaliser et il est pourtant mon préféré. Après avoir fini l’entièreté de la modélisation, je suis passé à l’animation, cette étape m’a appris beaucoup de choses tel que la patience ou encore la persévérance. Je ne crois pas qu’il n’y ai tant de choses à dire sur l’Animation mise à part que c’est très long et qu’il faut énormément de patience pour arriver au résultat voulu, sinon j’ai appris en partant de la base à utiliser le « graph editor » qui m’a vraiment été très utile au cours de ce processus. suite à l’animation, J’ai pris mes 20 différents rendues et je les ai joints dans iMovie  avec quelque transitions fondu au noir. Pour ce qui est de la conception de la bande sonore, j’ai eu la chance de bénéficier de l’expertise de ma sœur qui s’y connais plus en son pour m’accompagner. J’ai utilisé le logiciel GarageBand pour créer les effets sonores et les différents son qui font partie du montage final. En conclusion, accompagné de l’expertise  de graphiste de mon autre sœur, j’ai réalisé sur Adobe illustrator le logo de mon film en format vectoriel que j’ai ensuite importé dans Blender où j’ai retracé le tout pour pouvoir en faire un mesh 3d plutôt que la surface plane qu’il était avant en format png.

Commentaires

Laisser un commentaire

Tu dois être connecté pour laisser un commentaire.